Le site officiel de TELT a changé : à partir d’août 2022, telt-sas.com devient telt.eu. Si vous rencontrez des problèmes ou avez besoin d’aide, veuillez nous contacter.

TELT_Chiomonte_foto_comuni_NLTL
TELT_Chiomonte_foto_comuni_NLTL

Les eaux du tunnel de la Maddalena arrosent les vignes

A partir du jeudi 14 juillet, et pendant toute la durée de l’urgence hydrique, l’eau de la montagne collectée par la galerie de la Maddalena sera utilisée pour irriguer les vignes de Chiomonte.

TELT et les entreprises du groupement, guidé par Webuild, qui œuvrent dans le principal chantier italien du Lyon-Turin, se sont mises à disposition du Consortium irrigation de Chiomonte qui a demandé d’utiliser les eaux de ruissellement du tunnel, c’est-à-dire les eaux naturelles de la montagne recueillies dans le premier tronçon du tunnel de la Maddalena. Après l’autorisation de Turin, un camion-citerne prélèvera quotidiennement l’eau nécessaire pour arroser environ 12 hectares de vignes sur le territoire de Chiomonte. Dans cette zone où l’on pratique la viticulture sur des pentes allant jusqu’à 30%, on produit depuis 25 ans des vins AOC comme l’Avana et le Becquet (rouges) et le Baratuciat (blanc).

Nous sommes heureux de pouvoir contribuer à aider le territoire pendant cette période d’urgencea expliqué Mario Virano, Directeur Général de TELT – conscients que l’eau est un bien précieux qui doit être préservé. C’est pourquoi nous nous sommes engagé à la valoriser avec des solutions innovantes.  Aujourd’hui, nous soutenons les viticulteurs et pour l’avenir, nous avons étudié avec l’École polytechnique de Turin le potentiel de l’utilisation de l’eau chaude provenant du cœur de la montagne dans une optique d’économie circulaire. L’application majeure de la géothermie sera la climatisation du centre des visiteurs, tandis qu’à la fin des travaux, ces eaux seront mises à la disposition de la collectivité.

Actuellement, les eaux chaudes souterraines captées par le tunnel de la Maddalena sont canalisées vers l’extérieur dans des bassins où elles sont refroidies, purifiées puis réinjectées à température ambiante dans la rivière Dora, avec les eaux de ruissellement, retournant ainsi dans le cycle naturel de l’eau.

Les articles pertinents